Non classifié(e)

La récupération active

19 octobre 2020 < 1 min de lecture

La récupération, comme son nom l’indique, vise à compenser ou dans certains cas à surcompenser l’impact d’un exercice ou série d’exercice. Qu’elle soit après un exercice ou entre 2 séries d’exercices ou encore après une séance d’entraînement, peut s’effectuer de 2 manières :

  • Soit de manière passive c’est à dire sans aucune action ou activité
  • Soit en mouvement, c’est à dire active. 

L’une et l’autre peuvent être utilisées à des fins différentes. 

Pour la récupération passive, elle s’utilise notamment après un effort maximal ou supra maximal où l’on va chercher à revenir à un état proche de celui avant l’exercice.   

Concernant la récupération active : il s’agit de maintenir l’organisme en mouvement en exécutant une activité de moyenne voire basse intensité. 

Les objectifs peuvent être différents en fonction de la séance ou de l’exercice à la suite duquel on le propose : 

  • Réduire les douleurs ou la “congestion” musculaire 
  • Maintenir une activité de type aérobie 
  • Conserver le rythme de l’entraînement 
  • Favoriser l’évacuation ou réutilisation des “déchets” métaboliques. 

Quels exercices pour la récupération active?  

En fonction de l’exercice de la séance, vous pouvez choisir parmi : 

  • Marche ou course à allure lente 
  • Corde à sauter 
  • Vélo
  • Massage
  • Natation 
  • Mouvements dynamiques comme du stretching fonctionnel 

Comment choisir l’une ou l’autre :  Tout dépend de la séance, elle doit être choisie selon l’objectif de la séance ou de l’exercice. Par exemple, sur un travail de force maximale (5 séries de 3 squats nuque), on privilégiera une récupération passive du fait de sollicitation nerveuse et musculaire. 

Votre coach sera votre meilleur conseiller pour déterminer quelle type de récupération adopter. Alors, n’hésitez pas à le solliciter.

Temps de lecture : < 1 minute